Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

AYA GOLD & SILVER révèle le haut potentiel du Maroc dans les métaux précieux

Partagez l'Article :

La société canadienne Aya Gold & Silver (TSX : AYA, OTCQX : AYASF), cotée à la Bourse de Toronto (TSX), a de grandes ambitions pour son développement au Maroc et particulièrement dans la région Souss Massa. En 2020, une nouvelle équipe de direction, présidée par Benoit La Salle, a pris les commandes de Maya Gold & Silver, qui a été renommée Aya Gold & Silver. Un plan fut mis sur pied pour améliorer sa production minière d’argent, passant de 200 tpj en janvier à 700 tpj (capacité nominale) en décembre 2020.

En parallèle au redressement spectaculaire de la mine de Zgounder durant les deux dernières années, malgré la pandémie de COVID-19, Aya a lancé une grande campagne d’exploration, suivie d’un plan d’expansion pour atteindre une capacité de 2700 tpj à l’horizon 2024, faisant de Zgounder une mine d’argent de classe mondiale.

Le Maroc, déjà premier producteur d’argent en Afrique, se taille ainsi une place parmi les leaders mondiaux du secteur minier argentifère, longtemps dominé par les producteurs sud-américains et chinois.

Un contexte favorable à l’exploitation minière

Pour Benoit La Salle, le succès d’Aya est intrinsèquement lié à son ancrage au Maroc. « La stabilité du Royaume du Maroc et son contexte favorable à l’exploitation minière et aux affaires constituent un fondement solide pour nos projets miniers. Nous apprécions sa main-d’œuvre qualifiée, la qualité de ses infrastructures et la facilité d’accès depuis le Canada au quotidien. Surtout, nous sommes ravis d’opérer dans ce pays qui fait déjà figure de proue dans les énergies vertes et pourra nous accompagner dans notre démarche de décarbonisation. Nous créons des emplois et de la valeur ajoutée partagée, mais nous participons surtout à enrichir un héritage d’exploitation minière responsable permettant un développement inclusif et durable de régions éloignées, en harmonie avec le nouveau plan de développement de notre pays hôte. »

Historique

Maya Gold & Silver s’est lancée, en 2007, dans l’exploration et l’exploitation des métaux précieux au Mexique avant de céder tous ses actifs et de se tourner vers le Maroc dès 2009. Le gisement d’argent de Zgounder a une longue histoire d’exploration et d’exploitation minière. Les livres d’histoire attestent que le gisement d’argent de Zgounder a été exploité pour la première fois entre le Xe et le XIIe siècle.

Depuis, des campagnes d’exploration ont été réalisées par différents opérateurs privés et étatiques : la SNAM-BRGM (1950-1979), la SOMIL (1982-1990), le BRPM (1990-1999), la CMT (2000- 2004) et Maya Gold & Silver (à partir de 2014). La mine de Zgounder, située dans la commune rurale d’Askaoun, à 220 kilomètres de l’aéroport international d’Agadir, est actuellement exploitée par la filiale Zgounder Millenium Silver Mining (ZMSM SA) créée en janvier 2012.

La renaissance de la mine de Zgounder

« En 2014, le prix de l’argent chutait de son sommet de 2011 où les prix avaient flambé à plus de deux fois le niveau actuel », explique M. La Salle. « Lorsque le prix de l’argent a atteint un plateau entre 2014 et 2020, la structure d’entreprise, les opérations et le marketing à petite échelle de la société n’étaient plus adaptés aux paramètres du marché.

Dans le cas du site de la mine de Zgounder, nous avons dû réorganiser le schéma de traitement, adapter les méthodes d’extraction minière, moderniser les équipements et les infrastructures et mettre en œuvre de meilleures pratiques d’exploitation. Lors de la reprise, nous avons nommé Mustapha Elouafi au poste de président-directeur général au Maroc. Il a immédiatement lancé un programme de développement durable et rétabli les relations avec les communautés et nos ressources humaines, garantissant ainsi la renaissance et le succès de cette mine. ».

Un développement durable et inclusif

RÉDUIRE L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL

Soutenant les entreprises marocaines, Aya Gold & Silver a incorporé le Mécanisme de Reporting sur l’Approvisionnement Local qui consiste en un ensemble de critères pris en compte par les organismes qui établissent des rapports sur les sites miniers. Elle a également mis en place la norme industrielle mondiale pour la gestion des résidus miniers, une première au Maroc.

PRÉSERVER LES RESSOURCES EN EAU

Soucieuse de la préservation des ressources en eau de la région hôte qui a un climat semi-aride, Aya table sur le captage des eaux de pluie et de ruissellement, et sur le dénoyage de la mine pour alimenter les usines de traitement existantes et futures. Un premier bassin de rétention d’eau de 60.000 m3 est déjà opérationnel et d’autres infrastructures similaires suivront avec le projet d’expansion. Des hydropanels permettant de capter l’humidité de l’air sont en cours d’installation à la mine de Zgounder, en partenariat avec la société SOURCE, start-up américaine technologique. Aya a également installé une unité moderne de collecte et de traitement des eaux usées du camp minier pour les recycler dans l’arrosage des plantes et des pistes.

ÉLECTRIFIER LES SITES MINIERS ET LEURS ALENTOURS

Le site minier de Zgounder est relié au réseau d’électricité national avec une ligne de moyenne tension (22 kV). Aya a récemment conclu un accord avec l’Office National de l’Électricité (ONEE) pour investir dans une nouvelle ligne électrique de haute tension (60 kV) qui sera tirée sur près de 90 kilomètres en 18 mois. Cette ligne renforcera le réseau régional ; elle permettra non seulement de répondre aux futurs besoins énergétiques de la mine, mais surtout ouvrira la voie à l’utilisation d’électricité verte dans le cadre de la réglementation avant-gardiste que le Maroc a mise en place.

AMÉLIORER LE CADRE DE VIE DES COMMUNAUTÉS LOCALES

Engagée à valoriser les femmes et les hommes qui constituent son capital humain et dont plus de 80% sont natifs des villages avoisinants, Aya œuvre, en concertation avec les autorités locales, à tisser des liens avec ses parties prenantes en contribuant à des améliorations à long terme de la qualité de vie des communautés locales et à la création d’un environnement propice à l’investissement privé.

Des actions stratégiques sont prévues en 2022 : réaménagement de trois écoles de la commune d’Askaoun et fourniture de deux minibus de transport scolaire, quatre caravanes de santé entre les douars d’Askaoun et de Taouyalte, aqueduc et adduction à l’eau potable pour les douars d’Aoulousse et d’Askaoun, études sur la valorisation des plantes locales à haute valeur ajoutée.

Projet d’expansion

Le nouveau projet d’expansion, dont les études ont été finalisées, y compris l’étude d’impact environnemental, portera la capacité de Zgounder à 2700 tpj. Une nouvelle usine de traitement de 2000 tpj sera installée d’ici 2024 et produira uniquement des lingots d’argent, portant ainsi la capacité annuelle à plus de 7 millions d’onces par an. Les réserves reconnues à ce jour confèrent 11 années supplémentaires à la durée de vie de la mine, bien que la société estime que sa durée de vie peut être prolongée avec la découverte de nouvelles ressources à l’issue des travaux d’exploration planifiés.

Engagement financier

Au cours des deux prochaines années, Aya prévoit d’investir un total de 180 millions de dollars dans l’expansion de Zgounder, dont 140 millions seront affectés aux dépenses en capital, 20 millions à l’exploration et 10 millions au développement. Un montant supplémentaire de 5 millions de dollars sera consacré à des initiatives communautaires.

« Nos plans d’investissement sur deux ans, qui représentent une multiplication par sept du capital total investi entre 2014 et 2020, témoignent de notre profond engagement en l’avenir d’Aya et de la mine de Zgounder. Notre succès dans la levée de capitaux témoigne de la confiance du marché envers Aya et sa capacité à réaliser l’expansion de Zgounder et à faire progresser ses autres propriétés marocaines », a déclaré M. La Salle.

Un haut potentiel de croissance

Outre Zgounder, Aya détient un riche portefeuille régional de projets, tous situés le long de la prolifique faille Atlas Sud qui abrite la mine d’argent « Imiter » de classe mondiale. Deux des projets d’Aya – Boumadine et Azegour – sont d’anciennes mines qui recèlent encore des ressources historiques. En utilisant son approche systématique et les techniques modernes perfectionnées à Zgounder, Aya a l’intention de libérer tout le potentiel de ses projets en investissant massivement dans la recherche et l’exploration géologique.

« Nous disposons au Maroc de gisements avec de grandes potentialités. La valorisation de ces actifs nécessite d’importants investissements, notamment en recherche géologique. C’est la base pour générer un grand intérêt international pour une région qui reste peu explorée », a noté M. La Salle. « Le Maroc offre une grande opportunité pour les nouveaux arrivants ; nous en sommes un exemple éloquent. »

Partagez l'Article :
AYA GOLD & SILVER révèle le haut potentiel du Maroc dans les métaux précieux - Atlas original