Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’offshoring : à la conquête des territoires du Souss Massa

Partagez l'Article :

Ces dernières années, Agadir a connu l’ouverture de plusieurs centres d’appels générateurs d’opportunités d’emplois. Intégrant la catégorie Offshoring des écosystèmes industriels émergents du Souss Massa, ce secteur a en effet bénéficié de la dynamique insufflée par la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle lancé en 2018 sous la présidence effective de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste. Alors que nous abordons la cinquième année de la mise en oeuvre de cette stratégie régionale, l’écosystème de l’Offshoring affiche déjà tous les marqueurs d’une activité pérenne et franchit aujourd’hui de nouvelles étapes de son expansion avec le développement d’entreprises de petite et moyenne taille au niveau régional.

Trois années de PAI qui ont propulsé le secteur

Entre les incitations régionales, les formations diversifiées, une offre moderne de plateaux bureaux et une nouvelle génération de structures d’accueil et de soutien, force est de constater que quatre ans après le lancement de la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle (PAI), l’écosystème de l’Offshoring a nettement pris forme au niveau régional. 

Dans ce contexte, le paysage industriel du Souss Massa a pu voir s’installer Segula Technologies à Agadir, à travers l’ouverture d’un centre d’excellence dédié principalement à l’ingénierie automobile. Même tendance du côté de Webhelp Maroc et de JA International qui ont consolidé leur position par l’installation de trois sites chacun dans la ville. Au niveau de la région, la déclinaison du PAI a également permis de renforcer la présence des entreprises de petite et moyenne taille dans le domaine de l’offshoring et des centres de contacts-IT.

Les filières prioritairement ciblées

En termes de chiffres dans le secteur de l’Offshoring, 68 entreprises sont actuellement identifiées au niveau de la région. Le secteur emploie un peu plus de 2.700 salariés dont près de 1.500 chez Webhelp, 200 chez JA International et environ 1.200 dans les autres centres de contacts et d’appels.

Les futurs emplois en cours de création ou projetés par le secteur au niveau régional se répartiront majoritairement à travers le ciblage de trois filières de l’Offshoring, en plus du développement informatique :

  • La Gestion de la relation client (CRM).
  • L’Externalisation des processus de gestion (BPO).
  • L’Externalisation des métiers liés aux technologies de l’information (ITO).
  • Les métiers liés aux activités digitales.

Les objectifs et la stratégie du CRI-SM

Les objectifs du Centre Régional d’Investissement Souss Massa en matière de développement de l’Offshoring dans la région sont en phase avec ceux du PAI qui visent la création de 1500 nouveaux emplois dans ce secteur. De février 2018 à janvier 2022, le centre d’investissement a ainsi enregistré 11 projets avec un objectif de création de 2500 emplois prévisionnels à terme. Pour atteindre cet objectif, le CRI-SM a défini une stratégie basée sur une approche régulière des opérateurs de l’Offshoring et du digital au niveau national et international. Cette stratégie s’est traduite par l’organisation du Salon International des Centres d’Appels et de Contacts (SICCAM) en juillet 2021, l’identification d’une importante assiette foncière pour l’Offshoring au niveau du Pôle Santé-Formation et l’organisation d’un Open Innovation Program en décembre 2021, dédié au développement d’une plateforme facilitant la recherche de bureaux et de ressources humaines dans ce domaine.

De même, un mémorandum d’entente a été signé avec la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services Souss Massa et la Fédération Marocaine des Technologies de l’Information, des Télécommunications et de l’Offshoring, dont les objectifs sont :

  • Création d’une antenne de l’APEBI pour fédérer les acteurs de l’Offshoring dans la région.
  • Mise en place d’un dispositif d’accompagnement de l’écosystème régional.
  • Identification de nouvelles niches et synergie entre les acteurs régionaux.
  • Parrainage d’initiatives et recherche de financement de projets par les trois partenaires.

Des incitations régionales favorisant le déploiement du secteur

Récemment, l’implantation de l’opérateur français d’Offshoring Data Embassy dans la province de Tata a ouvert la voie à une nouvelle dimension de développement de cette activité au niveau régional. Les villes de petite et moyenne taille peuvent désormais accueillir et drainer des investissements dans l’Outsourcing et l’Offshoring en dehors d’Agadir où la majorité des opérateurs est déjà implantée. À travers cette implantation, les acteurs de la région avec, à leur tête, le CRI Souss Massa qui a accompagné ce projet, ont démontré que la région dispose de tous les ingrédients pour déployer les écosystèmes de l’Offshoring au niveau régional, notamment à travers l’installation future d’un Technopark à Tiznit. Outre les incitations nationales, mais aussi régionales mises à la disposition des investisseurs des écosystèmes du PAI, notamment l’appui aux nouveaux projets d’investissement à hauteur de 250 Dh/m2 plancher pour une superficie maximale d’1 hectare et une prime à l’emploi allant jusqu’à 10.000 Dhs par poste stable créé, la politique de décentralisation et la création d’entités universitaires dans les différentes provinces permettent d’aller de l’avant dans ce développement.

Une offre de formation favorisant le bassin d’emploi

L’offre de formation installée à Agadir attire des flux d’étudiants émanant de l’ensemble des provinces constituant la région et de plus en plus d’établissements proposent des formations dans les métiers de l’offshoring et du digital.

La région renforce sa vocation de destination offshoring et digital

Désormais, la région met à la disposition des investisseurs de l’Offshoring et du Digital une offre immobilière de pointe et des infrastructures télécoms diversifiées pour les entreprises opérant dans le secteur. Le prix moyen d’un loyer de plateau de bureaux sur Agadir avoisine les 82 Dhs/m² et les trois opérateurs marocains de télécommunications fournissent des débits de connexion puissants via la 4G et la fibre optique pour les professionnels de l’Offshoring.

Ce n’est pas tout : les infrastructures d’accueil et d’appui aux entreprises ont été gratifiées par la mise en place de la Cité de l’Innovation et du Technopark Souss-Massa qui offrent tous les deux des espaces d’incubation, pépinières de startups à des prix incitatifs pour les acteurs opérant dans le domaine de l’innovation, TIC, Offshoring, Green Tech et industrie culturelle. Pour mieux accompagner les investisseurs dans le développement de ce domaine, le CRI-Souss-Massa a lancé le développement d’une solution digitale destinée aux acteurs économiques des secteurs de l’Offshoring et des NTIC.

Des plateaux bureaux à partir de 50 dhs pour l’investissement dans l’Offshoring et le Digital

Piliers des écosystèmes du PAI Souss Massa et grands pourvoyeurs d’emplois, l’Offshoring et le Digital bénéficient d’une attention particulière dans la stratégie de développement économique de la Région Souss Massa. À l’important bassin d’emploi qu’offre la région, couplé aux différentes formations ciblées et au soutien à l’embauche, s’ajoute une offre de plateaux bureaux très attractive et compétitive :

Le Technopark Souss Massa avec une capacité d’accueil de 100 entreprises 

La Cité de l’Innovation Souss Massa avec une capacité d’accueil de plus de 50 entreprises 

Une offre du secteur privé de bureaux aménagés immédiatement disponibles 

Un réseau de promoteurs immobiliers prêts à réaliser des bâtiments sur mesure, dans des délais très courts. 

Une assiette foncière dédiée à l’Offshoring et au Digital au sein de la Cité de la Santé, des Sports et de l’Urbanité.

Création d’un événementiel dédié au secteur

La vocation de la région en tant que destination d’Offshoring a été renforcée à travers l’organisation des 18e et 19e éditions (2021 et 2022) du Salon International des Centres de Contacts et d’Appels au Maroc (SICCAM). Lors de l’édition 2021 du SICCAM, la déclaration d’Agadir pour la convention collective de travail pour l’Offshoring au Maroc (CCTOM) entre, d’une part, la Fédération marocaine des technologies de l’information et de l’Offshoring (APEBI), et de l’autre, la Fédération nationale des centres d’appel et des métiers de l’Offshoring (FNCAMO), a été conclue pour que le secteur soit plus attractif pour les donneurs d’ordre sur le plan social.

Le rappel des engagements inscrits au PAI

La déclinaison de cet écosystème au niveau régional a porté sur la création de 1.500 emplois. À l’instar de l’engagement des autres fédérations professionnelles, l’Association Marocaine de la Relation Client (AMRC) s’est engagée à créer 1.000 emplois au niveau de la Région à travers le lancement de projets d’investissement dans la filière de la Gestion de la Relation Client (CRM).

Pour sa part, la Fédération Marocaine des Technologies de l’Information, des Télécommunications et de l’Offshoring s’est engagée à créer 500 emplois au niveau de la Région à travers le lancement de projets d’investissement dans les écosystèmes ITO et BPO. Pour accompagner les investissements dans cet écosystème, le Ministère de tutelle a porté son appui aux investisseurs du secteur désirant s’installer dans la Région Souss Massa, ou ceux déjà installés et désirant étendre, mettre à niveau et valoriser davantage leurs projets, conformément aux conditions et modalités prévues dans les contrats performances des écosystèmes de l’Offshoring.

Pour sa part, la Région a accordé aux investisseurs une subvention de soutien, en appui aux nouveaux projets d’investissement, calculée sur la base de 250 Dhs/m2 plancher, pour une superficie maximale de 1.000m² plancher.

Primes d’appui au recrutement dans l’Offshoring

.

L’appui à l’investissement dans l’écosystème de l’Offshoring passe aussi par l’aide au recrutement. Ainsi, pour un recrutement de 10 salariés et sur une durée de 24 mois, une exonération est accordée de l’Impôt sur le Revenu (IR) du salaire mensuel brut, plafonné à 10.000,00 Dhs. Cette exonération prend effet à compter de la date de recrutement. De plus, l’État prend en charge la part patronale au titre de la cotisation due à la CNSS et de la taxe de formation professionnelle (TFP) sur la base d’un salaire mensuel brut plafonné à 10.000,00 Dhs. Cet avantage est accordé à compter de la date de validation par l’ANAPEC du protocole de bénéfice.

Par ailleurs, le programme TAEHIL, émanant aussi de l’ANAPEC offre aux entreprises des formations sur mesure aux personnes à recruter afin d’ajuster au mieux leur profil aux postes à pourvoir. Dans le détail, il s’agit d’un financement allant jusqu’à 10.000 Dhs par personne pour tous les secteurs et pouvant atteindre 24.000 Dhs par personne pour les secteurs émergents.

Le détail du CA à l’export par écosystème

Au niveau national, le secteur de l’Offshoring est constitué de 5 écosystèmes industriels qui ont généré, selon les chiffres de l’Office des Changes, l’équivalent de plus de 13,5 milliards de dirhams de chiffre d’affaires à l’export en 2020, contre plus de 14,1 milliards de dirhams en 2019. En se référant à l’évolution du secteur de l’Offshoring, notamment durant les deux dernières années, les recettes sont respectivement générées par :

  • Le CRM (Gestion de la relation client) : plus de 7,9 milliards de dirhams en 2020 et plus de 8,2 milliards de dirhams en 2019.
  • L’ITO (Externalisation des métiers liés aux technologies de l’information) : près de 3,6 milliards de dirhams en 2020 et 3,7 milliards de dirhams en 2019.
  • Le BPO (Externalisation des processus de gestion) : plus d’1,59 milliards de dirhams en 2020 et 1,52 milliards de dirhams en 2019.
  • L’ESO (Externalisation des activités d’ingénierie et de R&D) : 313 millions de dirhams en 2020 et 635 millions de dirhams en 2019.
  • Le KPO (Externalisation et l’analyse de données sectorielles) : 5 millions de dirhams en 2020 et 4 millions de dirhams en 2019.

L’opérateur français d’Offshoring Data Embassy à Tata

Le secteur de l’Offshoring poursuit son expansion dans la région Souss Massa. Implanté dans la nouvelle Zone d’Activités Économiques de Tata, l’opérateur français Data Embassy vient d’y ouvrir un premier centre. Créée en 2004, l’entreprise est spécialisée dans les métiers du BPO (Business Process Outsourcing), du Call Center (Centre d’appel) et de l’ITO (Information Technology Outsourcing). Déjà installé à Marrakech avec un effectif de 185 salariés, Data Embassy a embauché, à ce jour, 10 salariés au sein de la succursale de Tata et prévoit un recrutement d’au moins 50 salariés au terme de l’année 2022.

L’opérateur international CEGEDIM s’implante à Agadir

Agadir accueille son troisième grand opérateur international en offshoring sous l’enseigne de Cegedim, créateur de solutions professionnelles en technologies et services depuis plus de 50 ans. Aujourd’hui, Cegedim est spécialiste dans la gestion des flux numériques de l’écosystème santé et BtoB, ainsi que dans la conception de logiciels métiers. Au Maroc, Cegedim est implanté depuis 18 années et déploie ses compétences dans les métiers de l’assurance, de la dématérialisation, des systèmes de gestion de ressources humaines, des systèmes de gestion des temps d’activités et de l’industrie pharmaceutique. Ses activités s’articulent autour de la recherche et du développement, des projets d’intégration, de la maintenance corrective et évolutive, du déploiement, du support, de l’exploitation et de la relation client. Actuellement, Cegedim Maroc emploie 850 collaborateurs à Rabat.

Les ambitions de Cegedim à Agadir

CEGEDIM En Chiffres :

Présent dans plus de 10 pays

525M€ de chiffre d’affaires en 2021

Plus de 5600 collaborateurs

Agadir accueille son troisième grand opérateur international en offshoring sous l’enseigne de Cegedim, créateur de solutions professionnelles en technologies et services depuis plus de 50 ans. Aujourd’hui, Cegedim est spécialiste dans la gestion des flux numériques de l’écosystème santé et BtoB, ainsi que dans la conception de logiciels métiers. Au Maroc, Cegedim est implanté depuis 18 années et déploie ses compétences dans les métiers de l’assurance, de la dématérialisation, des systèmes de gestion de ressources humaines, des systèmes de gestion des temps d’activités et de l’industrie pharmaceutique. Ses activités s’articulent autour de la recherche et du développement, des projets d’intégration, de la maintenance corrective et évolutive, du déploiement, du support, de l’exploitation et de la relation client. Actuellement, Cegedim Maroc emploie 850 collaborateurs à Rabat.

Partagez l'Article :
L'offshoring : à la conquête des territoires du Souss Massa - Atlas original